Accueil

La prière dans la Foi Baha'ie

 


 

 

Prières

 

 

 

 

REFLEXION SUR LA PRIERE

Si je vous présente aujourd'hui quelques réflexions sur la prière, ne croyez surtout pas que j'aie l'intention de vous apprendre quelque chose en cette matière.

Ce que je vais présenter est vraiment fort superficiel et plein de lacunes, Il faudrait une longue et profonde expérience la prière pour en livrer tous les trésors et vous le savez, la mienne est bien courte, Il est même étonnant de constater à quel point, une force aussi puissante que la prière ait pu rester si longtemps, totalement inconnue.

En me demandant pourquoi j'avais pu ignorer à ce point le rayonnement de la prière. Je me suis aperçue de rareté autour de moi.

Je ne suis mise alors à sa recherche, et je l'ai découverte chez des personnes, croyantes ou non, ayant une vie spirituelle élevée et une Foi très développée.

Je ne veux parler ici longuement de la vie spirituelle et de la Foi, car à l'idée de les aborder mon esprit se sent défaillant.

Simplement, vous savez que l'on peut discerner en l'homme une double nature :

D'une part la nature humaine et de l'autre, la nature spirituelle, qui nous élève au-dessus de nos instincts mauvais, a la recherche de la vérité et de l'amour, dans le chenin de la science et la foi sont indissolublement liés, montrant les deux faces de même réalité.

Tout qui dépasse en lui la nature animale part pour un long voyage spirituel dont Baha'u'llah nous décrit les étapes dans son livre « les sept vallées »et ou il nous montre, comment on peut parvenir à des états élève que je cite : « la langue est incapable de le décrire et les paroles sont complètement insuffisants. La plume n'est d'aucune utilité dans ce domaine et l'ancre ne fait que noircir en vain le papier. Le cœur seul communique au cœur l'état du chercheur ».

Quand à la foi, qui fait partie intégrante de la vie spirituelle,

ABDU'L-BAHA la précise ainsi:

"Dans cette Sainte Dispensation. La foi n'est plus un simple acquiescement à l'unité de Dieu, mais plutôt un mode de vie qui démontre les vertus et les perfections qu'implique une telle Foi. ».

 

 

 

 

A cette vie spirituelle, à ce mode de vie nouveau est nécessaire un moyen d'expression propre, la fois langage et action. Ce langage spirituel, de même que les actions qui découlent de la Foi sont justement ce que nous appelons Prières.

1.-Considérons d'abord l'aspect « langage » de la prière.

a.-ADBU'L'BAHA écrits a ce propos :

« Nous devons parler dans un langage du ciel_ le langage de l'esprit- car il existe un langage particulier à l'esprits et au cœur. Il est aussi déférent du notre que l'est ce dernier de celui des animaux qui s'expriment seulement par des cris et des sons inarticulés. ».

Donc, la prière nous permet de parler à Dieu.

Mais comment accéder à un si haut état ?. Ici, l'élan du cœur qui existe au départ de toute prière ne peut suffire, car nous ne pouvons pas approcher Dieu, par nos propres moyens ; nécessairement, nous devons trouver le reflet de Sa Splendeur dans le Miroir Parfait de Sa Manifestation.

Voici un texte d' ADBU'L'BAHA à ce propos :

« Si nous voulons prier, nous devons concontrer nos pensées sur point defini. Si nous voulons nous approcher de Dieu, nous devons diriger nos cœurs vers un certain centre. Lorsque l'homme adore Dieu en dehors de sa Manifestation, il doit necessairement se former une conception de Dieu et cette conception n'est autre que celle de sa propre imagination. Le fini ne pouvant comprendre l'infini, Dieu ne peu être compris de cette manière. L'homme comprend uniquement ce qu'il peut concevoir par son propre esprit ; ce qu'il peut comprendre n'est pas Dieu. Cette conception de Dieu que l'homme se fait pour lui-même n'est que fiction ; image, illusion, imagination. Il n'y a aucun rapport entre une telle conception et l'Etre Suprême. "

«  Si un homme veut connaitre Dieu, il doit le trouver dans un miroir parfait, tel que le christ, ou Baha'u'llah. Dans l'un comme dans l'autre de ces miroirs, il verra se refléter le Soleil de la Divinité ».

C'est ainsi que la prière révélée prend toute sa signification et toute sa force, car la voie vers Dieu nous est tracée par sa Manifestation Elle-même.

Mais ces paroles révélées que nous prononçons, et qui sortent de notre cœur ne sont que le moyen de parvenir à un état spirituel. Dans une prière révélées par ADBU'L'BAHA nous trouvons ce passage.

«  Révèle-moi, Ô Seigneur par ta parole miséricordieuse et par le mystère de ton Etre divin, afin que la Sainte Extase de la prière puisse combler nos Ames. Que cette prière s'élève au-delà des mots et des lettres, dominant le murmure des syllabes et des sons, afin que tout se perde dans le néant devant la révélation de ta Splendeur. »

B .- Si la prière fait communiquer l'homme avec Dieu, elle permet aussi un langage spirituel entre les hommes. A mon avis, il n'y pas d'autres moyen que la prière pour faire naitre quelqu'un à la vie spirituelle, de faire sentir la richesse de la Foi et la Réalité de son existence. Ici, je n'entends pas la Prières seulement au sens de récitation des paroles sacres, mais aussi comme un état de Foi élève, qui entoure son possesseur d'un rayonnement que j'ai constaté moi-même à plusieurs reprises unes argumentation précise et rationnelle a peu de chance de toucher certain, tandis qu'une prière le rend ouvert et réceptif.

2.- Envisageons maintenant la seconde aspect de la prière

 

  Celui de l'action
 

 

A ce propos, le Bien-aimé Gardien insiste sur le fait que la prière comporte 5 phases. Il disait à Mrs HOFFET  « la prière est notre arme la plus puissante, mais nous sommes le moins entraine pour nous en servir, et c'est ce que nous fessons le moins. Par le pratique journalières de ces cinq phases, nous nous apercevrons plus en plus de l'efficacité de la prières ».

 

  1er phases :
 

 

il est indispensable, après la récitation des paroles de la prière de rester quelque instant en état de concentration et méditations, sur le problème a le besoin en question. Quoi de plus normal d'ailleurs, si la prière est une conversation avec Dieu, de le laisser parler, après s'être adresse a lui.

 

  2ème phase :
 

 

une idée nous vient subitement à l'esprit et nous prenons la décision de réaliser cette idée, en empêchant notre raison de s'y opposer.

 

  3ème phase :
 

 

il s‘agit maintenant de maintenir la décision, ce qui est difficile, car on est souvent tenter de la laisser dans le domaine du rêve.

 

  4ème phase :
 

 

la confiance et la foi : nous devons croire que l'idée qui nous est venue est la réponse à notre demande.

 

  5ème phase :
 

 

phase de l'action ; nous devons agir comme si l'idée qui est venue c'est déjà réalise et comme si notre problème est résidu.

 

 

C'est le fruit de la prière. BAHA'U'LLAH lui-même nous affirme que toute prière non suivie de l'action n'est jamais exaucée.

Par exemple, j'ai été offensé et je crois ne pas pouvoir le pardonner. En priant, et en méditant, je peu prendre la décision de me conduire comme si je n'avais jamais été blessée, en tant persuadée que c'est la solution la meilleure, mais si je n'agis pas conformément à ma pensée, jamais ma prière ne sera exaucée.

A cote de ces actions dictées par la prière, Baha'u'llah nous enseigne que tout notre vie doit être in hommage à Dieu, c'est-à-dire une prière. Ainsi toute pensée, tout action, tout parole, tout travail accompli avec amour, sont une prières véritable. Et Baha'u'llah insiste particulièrement sur la valeur sacré du travail accompli comme un acte d'adoration.

3- revenons maintenant à la prière révélée pour tenter d'en saisir le mécanisme, la mode d'action.

Mais dans la mesure où il est possible d'être objectif, nous pouvons constater les faits suivants :

•  Tout d'abord, l'état de prière nécessite le détachement du monde extérieur, ainsi bien que du moi intérieur.

 

A ce propos, Baha'u'llah écrit

« Libérez vos âmes, o peuples, des entraves de l'égoïsme et purifiez vous de attachement de dehors de moi. Se souvenir de moi préserve toutes choses des souillures, si vous pouviez le comprendre ».

Abdu'l-Baha disait à Miss Rosemberg :

« C'est ce langage de l'esprit qui parle à Dieu. Quand, dans la prière, nous sommes libères de toutes choses extérieures et que nous nous tournons vers Dieu, c'est alors comme si, en nous-mêmes, nous entendions la voix de Dieu ».

Et aussi

«  Nous devons nous efforcer de parvenir à cette état en nous isolant de tout et de tous, en nous tournant vers Dieu seul. L'homme aura certaines difficultés à atteindre cet état, mais il devra s'efforcer de lutter pour y parvenir. Nous pouvons y réussir en pensant moins aux choses matérielles, en nous détachant d'elles et en nous inquiétant davantage des choses spirituelles. Plus nous nous éloignons des unes, plus nous nous rapprochons des autres. Le choix dépend de nous ».

 

Abdu'l-Baha ecrit :

« Si un homme éprouve un réel amour pour un ami, il souhaiter l'exprimer. Bien qu'il le sache informe de son affection, il désire la lui confirmer encore… Dieu connait les désirs de tous les cœurs, mais l'impulsion de la prière est naturelle, elle jaillit de l'amour de l'homme pour son Dieu… »

Et aussi

" La prière la plus noble est celles ou les êtres prient uniquement par amour pour Dieu, non parce qu'ils craignent ou qu'ils redoutent l'enfer, ou encore parce qu'ils espèrent ses faveurs ou l'accès au paradis… "

Quand on s'éprend d'un être humain, on ne peut s'empêcher de murmurer son nom bien-aimé. Combien il est difficile encore de ne pas prononcer le nom vénère de Dieu quand on s'est pris à l'aimer… L'homme spirituel ne trouve d'autres délices que dans la célébration de Dieu. »

Etant dans cet état, comment arrivons-nous à la solution de nos problèmes ?.

 

b)- ce détachement doit s'accompagner d'une attitude d'amour.

Dans une tablette, Abdu'l-Baha répond ainsi :

"  Lorsque quelqu'un implore son seigneur, se tourne vers lui, et recherche les grâces de son océan, cette supplication apporte la clarté à son cœur, l'illumination de sa vue, elle vivifie son âme et exalte son être. "

« Vois lorsque tu implore Dieu et que tu récites : « ton Nom est ma guérison… », Combien ton cœur est réconforte, ton âme ravie par l'esprit et l'amour de Dieu et comme tes pensées sont attirées vers le royaume divin ! C'est par cette attraction que la capacité et l'habilite personnelles s'accroissent ».

Il s'agit de voir les éléments de son problème sous un angle plus spirituel et plus détache ; avec humilité et en toute conscience, ce qui objectivaient constitue la garantie d'une solution positive de ce problème.

Pour un croyant, en plus, l'aide et la lumière viennent de son état de communion avec Dieu et la force agissante devient celle de Dieu lui-même

4)- La force de la prière est généralement inconnue en Occident.

Pourtant elle est bien réelle.

 

Abdu'l-Baha dit « le jour ou l'homme pourra inventer un instrument pour mesurée la puissance de la prière, il pourra mesurer la puissance la plus grande de l'Univers »

Voici aussi les paroles du professeur Mill Ikan (prix Nobel)

« La force de la prière est aussi réelle que la force de gravitée et c'est la plus puissant forme d'énergie que l'on connaisse, mais l'homme dans son ignorance y attache peu d'importance. »

Je crois qu'il est d'une importance vitale pour nous de prendre conscience de la force de la prière et d'en user pour contribuer a augmenter dans le monde toutes les vertus positives, pour apporter l'aide à tous ceux qui en ont besoin, pour apporter la guérison aux malades, et la foi à ceux qui en sont privés.

Nous devons aussi profiter des moments ou nous sommes réunis pour prier ensemble. Car Abdu'l-baha dit : " La ou plusieurs sont rassembles, la force dégage est plus grande. Des soldats sépares combattent seul ou en formation isolée ne déploient pas la force d'une armée homogène. Lorsque tous les soldats du combat spirituel se rassemblent, alors par l'union de leurs sentiments spirituels, ils se renforceront les uns les autres et les prières ont plus d'effet ".

5.- En conclusion, je voudrais insister sur le fait qu'il ne fut pas placer la prière dans le domaine de l'inaccessible, fruit de quelques esprits mystique en dehors de la réalité. Nous portons tous en nous-mêmes, plus ou moins développes, les potentialités d'un tel état. Comme preuve, nous voyons que de non croyants la pratique, tout en l'ignorant. Par exemple, des actes d'amour désintéresses, comme ceux d'une maman envers son enfants sont des prières ; un artisan qui met le meilleur de lui-même dans son œuvre prie également.

Mais c'est seulement quand nous prenons conscience de cet état particulier, et que nous développerons en suivant le chemin trace par les prophètes que nous pouvons atteindre à ses plus hauts degrés d'épanouissement.

   

 

Dans les années 1972, dans la publication «  The Bahá'í World » faite par le centre mondiale baha'ie (Haifa), ont trouve cette prière Baha'ie dans toutes les langues du monde «  Je suis témoin, ô mon Dieu, que tu m'as créé pour te connaître et pour t'adorer. J'atteste, en  cet instant, mon impuissance et ta puissance, ma pauvreté et ta richesse. Il n'est pas d'autre Dieu que toi, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même »


Voici cette prière en langue régional Picarde.

«  Ch'est seur, ô min Diu, eq tu m'os foèt pou t'connoète pi t'adorer. J'asseure, inhnui, qu'ej foèt tiot-tiot padvant t'forche, qu'ej su un miséréré padvant t'richesse. Y o mie d'eute Diu qu'ti, m'n Escour si j'su in raque, pi Chti qu'est par li-minme »