acceuil

14-18 L'Oise se souvient - Point de vue d'un baha'i de l'Oise.

Le Conseil départemental de l'Oise a émis l'idée de demander aux Isariens des idées pour commémorer la Guerre de 1914-18 et a donné la date limite du 15 mai 2013

-A cet appel, il m'est venu l'idée d'avoir une réflexion sur l'apport d'Abdu'l-Baha, l'apôtre de l'unité du genre humain, concernant cette Première Guerre Mondiale.

Au lieu d'un texte écrit, j'ai opté pour les documents historiques d'Abdu'l-Baha sur cette guerre avec les temoignagés des baha'is de l'époque.

 

Qui est Abdu'l-Baha ?

Ce titre "Abdu'l-Baha" : mots arabes qui signifient pour les Baha'is.

" Serviteur de la Gloire de Dieu "

Pour les baha'is :

Il a été désigné par Baha'u'llah comme le " Centre du Covenant, " vers qui tous les baha'is devraient se tourner, l'Interprète autorisé des écrits de son père et le parfait exemple de la façon de vivre la vie bahá'íe. Et non un prophète comme l'indique les journaux au cours sa venue en Occident. Ainsi, on retrouve un journal américain dans lequel on lit cette formule : "Le Prophète dit qu'il n'est pas un prophète !"suite de son discours à l'Université de Stanford de 1912 .

Pour le monde occidental :

Abdu'l-Baha est le fils de Baha'u'llah, fondateur de la foi baha'ie. il fut le promoteur et l'interprète des enseignements de son pére.

De plus, Abdu'l-Baha partagea pendant 40 ans l'emprisonnement et les souffrances de son père, ne reprenant sa liberté qu'en 1908, lors de la Révolution des Jeunes-Turcs.

Voici quelques réferences de la Presse de 1911 et 1913 : L' Excelsior (10 nov. 1911) " le chef de la religion Universelle", Le Figaro (10 nov. 1911) "le prophète", l'Aesculape (jan. 1912) "le prophète persan Abd-oul-Baha , Le Temps (3 nov. 1911)" le bahaisme et son prophète", etc... .

 

orem Ipsum

 

" The Montreal Daily Star "du mercredi 11 septembre 1912 - Traduction française

Le Canada doit se préparer pour la Grande Guerre qui arrive, dit l'Apôtre de la paix

La Paix Universelle n'est possible que le désarmement global – mais l'Europe est un camp armé ; il y a menace de guerre- L'Angleterre et le Canada doivent être prêts à jouer un rôle, dit Abdu'l-Baha

Abdu'l-Baha ne se fait aucune illusion concernant d'un règne de paix partout dans le monde par le simple fait d'en parler, ce qu'il d'ailleurs explique très clairement lors d'une entrevue accordée à un représentant du Montréal Star.

Le vénérable apôtre de la paix déclaré en termes pressants qu'étant donné l'ambiance qui règne dans le monde d'aujourd'hui. Il était inutile de s'attendre à un ralentissement de la course aux armements actuelle entre les nations. Il a répété qu'il était absolument convaincu qu'une grande guerre en Europe allait certainement éclater avant qu'une paix durable s'établisse dans le monde.

En bref, Abdu'l-Baha a dit que la paix durable dans le monde se pourrait être réalisée que une entende international conclue volontiers entre toutes les nations : et qu'il n'était pas question qu'une seule nation désarme à l'heure actuelle ou néglige d'augmenter ses armements pendant que ses voisin accumulaient de plus en plus d'armements, et qu'en effet cela serait la folie la plus grande…

La situation internationale vis-à- vis des canadiens

On a posé à Abdu'l-Baha la question suivante :--

« attendu que tout ce que vous dites au sujet de la guerre est vrai – que c'est un anachronisme barbare qu'on devrait supprimer et remplacer par l'arbitrage -- le fait nous saute aux yeux que toutes les nations dans le monde sont train des s'arme et vous avez dit vous-même, au cours de votre séjour à Montréal qu'une guerre épouvantable en Europe était inévitable . Etant donné qu'il semble qu'un tel conflit va se produire, qu'est –ce que devons faire en tant que Canadiens ? »

L'action simultanée est nécessaire

En réponse à cette question. Abdu'l-Baha a dit : «  quand à la question du désarmement toutes les nations doivent désarmer en même temps. Il ne convient pas, et on ne propose pas, que certaines nations abandonnent leurs armements tandis que leurs voisins restent armés. La paix du monde doit être réalisée par une entente internationale. Toutes les nations doivent accepter de désarmer en même temps…

« Aucune nation ne peut adopter une politique de paix pendant que son voisin reste belliqueux… Cela n'est pas juste. Personne ne penserait à proposer que la paix du monde soit réalisé par une entente internationale générale et compréhensive et d'aucunes autre facon…

« L'action simultanée. » a-t-il continué « est nécessaire dans n'importe quel plan de désarmement. Tous les gouvernements du monde doivent transforment leurs cuirassés et engins de guerre en navires marchands. mais une nation seule ne peut pas d'elle-même poursuivre une telle ligne de conduite et ce serait la folie si une seule puissance essayait de la faire.

Abdu'l-Baha a ensuite raconté une petite histoire pour explique son point concernant la réciprocité.

Tendre l'autre joue

« Un homme flanque un giflé à un autre. Lorsque ce dernier se met à lui rendre la pareille. L'autre lui rappelle le commandent de tendre le joue gauche après avoir été gifle à la joue droite. «  Tu dois donc me gifle de nouveau.» dit l'agresseur. Il permet au bourru de la faire. Le lendemain, les deux hommes se rencontrent de nouveau et le bourru gifle de nouveau l'autre à la joue droite. « Tends-moi donc la joue gauche ». Dit l'assaillant. Après avoir subi ce coup, l'homme blessé reprend tranquillement son chemin. La troisième jour, les deux hommes se voient encore un fois, mais cette fois-ci l'homme qui été frappé, pensant qu'il avait obéi à la lettre et à l''esprit du commandant de son Maître, dit à l'agresseur : «  Alors mon ami. C'est ton tour d'obéir au saint commandement. » Il l'attaque et lui administre une bonne correction.

«  Vous voyez donc », dit Abdu'l-Baha en riant de tout cœur. » pour mettre à exécution une politique de paix et de bonne volonté. La réciprocité s'impose. Les nations, tout comme les individus, doivent faire honneur à l'esprit d'amitié.

« Entretemps, tous les gens de bonne volonté doivent toujours s'efforcer de faire en sorte que la paix internationale soit une question de première importance. Ils doivent travailler inlassablement pour orienter l'opinion publique pour qu'elle soit en faveur d'une telle ligne de conduite. Tant qu'il n'y a aura aucune entente universelle, les armements devront obligatoirement continuer à s'accumuler et les nations n'auront jamais aucun espoir d'en ètre libérées. »

Une grande guerre approche

« Et une guerre titanesque semble imminente ? » «  Toute l'Europe est un camp armé. Ces préparations pour la guerre devront obligatoirement aboutir à une grande guerre.

Les armements mêmes engendrent la guerre. Ce grand arsenal ne peut que s'enflammer. Il ne s'agit point d'une prophétie ». a dit Abdu'l-Baha, « c'est quelque chose qui est basé uniquement sur la raison. »

« Existe – t-il des signes que la paix durable dans le monde sera établie dans un délai raisonnable ? » a-t-on demandé à Abdu'l-Baha

« Elle sera établie au cours du présent siècle », a-t-il répondu. « Elle sera universelle au vingtième siècle. Tous les nations seront forcées de l'adopter »

Au-delà de l'endurance humaine

«  Les pressions économiques se feront elles sentir ? » « Oui , les nations se verront forcées de faire la paix et de consentir à l'abolition de la guerre. Les fardeaux épouvantables des impôts aux fins de la guerre finiront par être au de-là de l'endurance humaine…

« Mais non », dit Abdu'l-Baha en terminant.  « Je le repétè, aucune nation ne peut désarmer dans de telles circonstances . Le désarmenent viendra, Mais il doit venir et il viendra suite à un accord universel conclu entre les nations civilisées de la terre. Selon une entente internationale , elles rendront leurs armes et la grande époque de paix sera inaugurée .

« C'est ainsi que la paix peut être réalisée dans le monde et d'aucune autre manière. »

 

Aussi longtemps que survivront de tels préjugés [religieux, nationaux, politiques], il y aura des guerres continuelles et effroyables.
Pour remédier à cet état de choses, il faut instaurer la paix universelle.

Pour y parvenir, devra être institué un tribunal suprême. représentatif de tous les gouvernements et de tous
les peuples; les problëmes -tant nationaux qu'internationaux -devront lui être soumis, et tous devront appliquer les décrets de ce tribunal.

Si un gouvernement ou un peuple quelconque ne s'y conformait pas, alors le monde tout entier se dresserait contre ce gouvernement ou ce peuple.


(Sélections des Écrits d'Abdu'l-Baha, pp. 246-247)

 

 

 

La seule référence d'Abdu'l-Baha sur cette Guerre 14-18 dans une publication française, se trouve dans le "Bulletin Théosophique " de janvier-février-marsde 1916.

«L'Europe entière ressemble à un vaste arsenal, malheur au jour où une étincelle en provoquera l'incendie!

« Préparez-vous à soigner les blesses, à être le refuge de malheureux sans asile, à rassurer les épouvantés!

« Puissiez-vous être des sources de réconfort pour ceux qui auront le cœur brisé ~

«Puissiez-vous être les serviteurs pleins d'amour de l'humanité, venir au secours de tout être isolé!

« Puissiez-vous servir la grande Fraternité ! « Élevez vos cœurs au-dessus des malheurs présents et regardez l'avenir avec les yeux de la foi!

Le royaume de Dieu sur terre! L'aube de son avènement a point ~ et

Dieu a inspiré ses soldats de lumière qui toujours sont vainqueurs des Pouvoirs de la nuit sur le champ de bataille du monde. »

 

 

 

Voici une Théosophe qui

a répondu

à l'appel d'Abdu'l-Baha

Mm Caroline North-Siegfried habitait Strassburg période allemande puis Strasbourg redevenue française

Mm NORTH -SIEGFRIED Caroline Marthe (Strasbourg 11.9.1866 … Strasbourg 13.5.1939)

 

Philanthrope, veuve fortunée, gagnée aux idées théosophiques, elle créa en 1920 l'Association «Pythagore» et dota sa bibliothèque de différents livres donc les baha'is .

Elle se consacra à des œuvres humanitaires, «payant de sa personne et de ses biens» et satisfaisant ainsi à «son besoin de fraternité universelle» et de simplicité de vie. Présidente de la Loterie de charité, elle secourait par des dons en argent et en nature les familles cachant leur pauvreté. Elle fonda à Strasbourg un restaurant végétarien, rue de la Haute-Montée, et la Société protectrice des animaux dont elle assura la présidence jusqu'à sa mort et qu'elle pourvut du refuge de la Montagne Verte.

Après 1918, elle soutint activement des œuvres pour aveugles, la léproserie de Valbonne, Gard, le Foyer de la jeune fille et l'Armée du Salut.

Pendant la guerre de 1914-1918, Mme North-Siegfried ne cacha pas ses sentiments francophiles en finançant des colis pour les prisonniers et les blessés français. Sa maison fut transformée en atelier de confection de drapeaux tricolores qui furent les premiers à pavoiser les rues de la ville en novembre 1918. Présidente du comité local de l'Association des dames françaises (Croix rouge) du 27.11.1918 à 1924, elle fit fonder 90 comités dans les deux départements et s'activa à former des infirmières, à créer des dispensaires, des consultations de nourrissons, des postes de secourisme.

Officier de l'instruction publique, médaille de la Reconnaissance française (1920)

Texte du site : http://www.pythagore-asso.org/

 


 

Il promulgua l'adoption du même cours d'éducation pour l'homme et la femme.

Les filles et les fils doivent suivre le même programme d'études, promouvant par là l'unité des sexes.
Quant tout le genre humain recevra la même chance d'éducation et quand l'égalité de l'homme et de la femme sera réalisée, les fondements de la guerre seront complètement détruits.

Sans égalité, ceci sera impossible parce que toutes les différences et distinctions conduisent à la discorde et à la lutte.

L'égalité entre l'homme et la femme amène l'abolition de la guerre parce les femmes ne consentiront jamais à la sanctionner.

Après vingt années d'anxiété et de tendre dévouement, les mères ne donneront pas leurs fils en sacrifice sur le champ de bataille, quelle que soit la cause qu'ils soient appelés à défendre.

ll n'y a aucun doute que, quand les femmes auront obtenu l'égalité de droits, la guerre cessera totalement chez le genre humain.


(Abdu'l-Baha-The Promulgation of Universal Peace, p. 175)

 

 

 

Major Wellesley Tudor Pole (1884 -1968), était un spiritualiste et un bahá'íe britannique.

Il est l'auteur de nombreux livres et brochures

La Grande Guerre : sa signification spirituelle / par W. Tudor-Pole ;
avant-propos de Stephen Graham ; traduit de [...] publié par la Bibliotheque Universelle Beaudelot - 1917- Paris

W.Tudor Pole Au cours de la Première Guerre Mondiale, a servi à la Direction du renseignement militaire au Moyen-Orient.

En 1940, lors de l'épisode de la retraite de Dunkerque, il institua la Minute de Silence à la radio de la BBC

(avec l'accord de Sir Winston Churchill), chaque soir à 21 heures. Ainsi, le carillon de Big Ben, après avoir sonné, est suivi d'un moment de silence pour unir les Britanniques dans un moment de recueillement.

Voici le lien du livre : Gallica

 

 


Extrait du livre

La plupart d'entre vous ont sans doute entendu parler du grand prophète persan du siècle dernier, Béha-Oullah, qui mourut en 1892, après avoir passé une partie considérable de sa vie comme prisonnier des Turcs dans une forteresse de Syrie. Quand Béha-Oullah fut devenu vieux, une plus grande liberté lui fut accordée, et il passait beaucoup de son temps à recevoir, dans un beau jardin situé sur les pentes du mont carmel, les pèlerins qui venaient lui rendre visite. Ce jardin était nommé le Rizwan, et les pèlerins venus de tous les coins du monde apportaient des plantes et des graines de fleurs, d'arbres et de buissons, et les plantaient dans le Rizwan, afin que ce jardin devint un symbole d'unité. Or, un jour, des sauterelles s'abattirent sur la vallée voisine du mont Carmel, dévorant toute végétation sur leur passage. Le jardinier du Rizwan s'en vint trouver Béha-Oullah dans le pavillon où il écrivait et lui dit que les sauterelles s'avançaient vers le jardin ; mais le prophète n'y prit pas garde. Le fléau s'approchant toujours, le jardinier revint une seconde fois vers son maître; mais le prophète continua d'écrire. Enfin, comme les sauterelles atteignaient les limites du Rizwan, le jardinier supplia Béha- Oullah de les renvoyer ; le prophète demanda alors : « Pourquoi le Rizwan serait-il sauvé des sauterelles alors que tous les jardins qui l'avoisinent sont détruits ? » Sur quoi le jardinier rappela à Béha-Oullah que des pèlerins sans nombre et venus des confins de la terre y avaient, avec amour, apporté des plantes et des graines; les sauterelles allaient tout saccager! Le prophète sortit alors, se tint devant les sauterelles et leur parla ; l'essaim se divisa et passa de part et d'autre évitant le jardin, dont pas une plante ne fut touchée.

Nous avons atteint un point dans l'histoire où les sauterelles de la guerre sont descendues sur la terre ; et il n'y a pas aujourd'hui un homme au monde qui ait le pouvoir de les arrêter et de les empêcher de dévaster l'Europe.

L' Armageddon n'a pas seulement envahi les champs de bataille européens ; il est dans le cœur et dans l'intelligence de chacun d'entre nous. Nous avons le devoir aujourd'hui,— que nous combattions ou non, — de comprendre que nous sommes éprouvés ; tous les soutiens matériels qui nous semblaient si importants sont balayés l'un après l'autre de notre vie, et, pour la première fois peut-être, il nous faut compter seulement sur la lumière spirituelle qui est en nous et que ne peuvent vaincre les sauterelles de la guerre.

 


 

Chaque siècle détient la solution d'un problème prédominant.

Il peut y avoir beaucoup de problèmes mais un des problèmes sans nombre occupera le premier plan et deviendra le plus important de tous, ...

en ce siècle lumineux le plus grand don pour le monde de l'humanité est la paix universelle qui doit être établie pour que le royaume de la création atteigne au repos, pour que l'Orient et l'Occident qui sont armés dans les cinq continents du globe, s'embrassent.

que le genre humain trouve abri sous la tente de l'unicité du monde de l'humanité, et que le drapeau de la paix universelle flotte sur toutes les régions...
En ce jour, le vrai devoir d'un roi puissant consiste à établir une paix universelle; car en vérité cela constitue la liberté de tous les peuples du monde.

Certaines personnes qui ne savent rien du monde de la vraie humanité et de ses ambitions élevées pour le bien de tous, croient qu'une telle condition de vie glorieuse est très difficile sinon assez impossible à atteindre- Mals ce n'est pas le cas, loin de cela.

(Abdu'l-Baha - Start of the West. vol. VII, p.136)

 

 

 !

Le 13 avril 1918, le canon "la Grosse Bertha", bombarde Paris, et l'un de ces obus arriva au 4 rue Ledru-Rollin au Pré-Saint-Gervais, qui donnait sur la ville des Lilas.

Tout près de la 1ere école du dimanche tenue par une famille baha'ie qui était au 22 rue Ledru-Rollin

Brochure : ça_a_commencé_le_23_mars. pdf


 

 

le livre "Jeanne de la Zone" mentionne l'action du Pasteur Anderson

En 1905, le pasteur S.H. Anderson (1845-1923) de la mission populaire évangélique de France (Mac All) décide de construire une roulotte avec ses propres deniers. Ceci dans le but d'apporter l'enseignement biblique aux enfants qui habitaient dans les Fortifications de Paris (la Zone). Aujourd'hui, cet endroit, c'est le périphérique.


Dans cette activité, vont le rejoindre un couple, les époux Ponsonaille, dont la cour va servir de stokage et de réparation des roulottes.

De cette collaboration, ce couple va initié la constrution et la réalisation d'une école du Dimanche pour les enfants dans sa cour suite a la détérioration des deux roulottes.


"Dans une pauvre cour située dans une sale ruelle aux Lilas, après une année de séjour, nous voyons des amis sympathiques construire une chapelle en bois pour conserver l'auditoire que nous y avons formé et pour continuer notre œuvre, car nous sommes à la recherche d'un nouvel emplacement où nous établir ces temps-ci ! "
Rapport du Comité Auxiliaire d'Evangélisation de Paris Trente-deuxième rapport annuel (1911-1912).

 

Visite d'Abdu'l-Baha, l'apôtre de l'unité du genre humain, de l'école baha'ie de Paris à deux reprises en 1911 et 1913.

le Dimanche 15 octobre 1911 et le dimanche 2 fevrier 1913, Abdu'l-Baha a visité la famille Ponsonaille , Désiré Jacques Victor Ponsonaille (1851-1937) et Fanny Elise Raynaud, (1863-1942) au 22 rue Ledru-Rollin au Pré-Saint-Gervais qui donnait sur la ville des Lilas , département Seine de l'époque, fin 19ème- milieu 20ème siècle (rue qui n'existe plus actuellement)
Ce couple franco-suisse qui s'est marié en 1897 à Paris, a crée la première école baha'ie en Europe, et a eu un enfant nommé Léon en octobre 1900 rue de Bretagne (Paris 3e)
Grâce à un témoignage dans un journal protestant

"Le Christianisme au 20ème siècle" du 11 août 1911, on sait approximativement à quelle date cette école a été créée par les Ponsonaille ".Au commencement de ce mois de juillet, une petite chapelle en bois blanc, pouvant contenir. environ une centaine de personnes, fut tranquillement inaugurée au 22 rue Ledru Rollin dans la cour de M et Mme Vauzouailles, ...."(signe Pasteur S.H. Anderson)

Le couple Ponsonaille a participé a cette activité d'enseignement dans les fortifications et par la suite a crée une école baha'ie du dimanche .

Lors de cette visite, Abdu'l-Baha se trouvait avec Frank Edwin Scott, un peintre américain, Hippolyte Dreyfus et Laura Dreyfus Barney, sa femme, Tamaddu'nul-Mulk, secrétaire de Abdu'l-Baha
Le Maître dit :
... Je vous aime infiniment. J'ai visité de magnifiques demeures, mais celle-ci est plus belle que toutes les autres, car ici il règne l'esprit de l'amour de Baha'u'llah...
Il s'adresse à la quinzaine d'enfants  de 1 à 15 ans et dit :
Mr et Mme Ponsonaille sont vos guides spirituels . Ils vous apportent la nourriture divine ... Vous devez aimer ces amis bienveillants
Puis se tournant vers Mr et Mme Ponsonaille, il dit :

C'est là une noble tâche que vous accomplissez pour l'amour de Dieu, en ce grand Jour, par le pouvoir de Baha'u'llah. Votre rang est éminent. Vos noms perdureront à travers tous les âges. Les Rois et les Reines n'ont jamais été célébrés comme vous le serez. Vous êtes des travailleurs dans le Royaume d'Abha; j'en suis très heureux, et soyez-assurés de ma profonde affection"...

 

 

 

 

 

Les baha'is de France pendant la période de 1914-1918

 

Bernard, Alfred Auguste Marie (1887-1914)-- Membre de la communauté baha'ie de Paris

- Soldat du 20 ème bataillon de chasseurs a pieds, tué au début de la Grande Guerre .

Laisse une veuve Claire Bernard et 2 enfants

 

 

Boutaric , Henri ( 1860-1924) Membre de la communauté baha'ie de Toulouse. 

Représentant commercial du comptoir des Sels de Bayonne 

Abdu'l-Baha, lorsqu'il écrivait aux croyants de Paris, avait une affection particulière pour M. Henri Boutaric de Toulouse

"Hazraté Mr Boutaric me manque et j'espère qu'il aura les bénédictions pour pouvoir s'exprimer dans les assemblées et les réunions." lettre du 10 avril 1910

Pendant la guerre, un journaux local, "l'Express du Midi ", relate son action ( 28 décembre 1916).

AVIS ET CONVOCATIONS
LES FAMILLES DES MILITAIRES DU 80e RÉGIMENT D'INFANTERIE 

dont les enfants ont été tués, blessés ou disparus, qui désireraient faire partie du groupement en vue d'échanger leurs impressions relativement aux recherches et sépultures de leurs chers disparus sont priées de vouloir bien écrire à MM. Millaud, 30, rue d'Aubuisson et

Boutaric, 17, Boulevard Bonrepos, Toulouse

 

Dreyfus-Barney , Hippolyte (1870-1928) Membre de la communauté baha'ie de Paris . Ecrivain, traducteur et grand voyageur ainsi qu' avocat à la cours d'appel de Paris.

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate , il se trouve à Shanghai, et rejoint la France, d'où il s'installe au 308 rue du Paradis à Marseille .

Durant cette periode, Son poste militaire est lecteur (traducteur) des courriers au contrôle postal de Marseille.

 

 

Dreyfus-Barney , Laura (1879-1974) Membre de la communauté baha'ie de Paris . 

S'installe avec son mari Hippolyte Dreyfus-Barney au 308 rue du Paradis à Marseille. Son action sera d'être la représentante de la Croix Rouge Americaine.

et dans le publication du journal Officiel de recevoir la médaille ----- Bronze. -----Par décrets du Président de la République en date des 3 et 4 février 1920, rendus sur la proposition du président du conseil, ministre des affaires étrangères, et vu les avis conformes de la commission de la médaille de la Reconnaissance française en date du 9 janvier 1920, la médaille de la Reconnaissance française est conférée à : Mme Dreyfus-Barney, de nationalité américaine, membre de la Croix-Rouge américaine, déléguée au bureau des enfants

Voici un exemple des nombreux articles de journaux concernant l'action de Laura pour la Croix Rouge Americaine, ainsi qu'une liste de journaux dans lesquels son activité est relatée.

Le Petit Provençal -- L'éclair (Vaucluse) -- Le Petit Marseillais -- Le Mémorial d'Aix -- Le Sémaphore -- le Radical -- Le Soleil de Midi -- Le Réfugié en Provence -- « Bulletin  » des Réfugiés du Pas de Calais -- Le Vaucluse -- Le Journal du Vaucluse -- Le Républicain du Gard -- Le Petit Méridional du Gard

Dr Henri Farémont ( - ) Membre de la communauté baha'ie de Paris et Fontainebleau. 

Le docteur Henri Farémont est médecin spécialiste en pédiatrie.

Il a publié "Pour corriger l'Enfant de ses défauts et les rendre meilleurs»,à Paris.

Et avec Madeleine Carlier, ils fondent "l'Union Fraternelle ", dont les membres, à leur choix connus ou anonymes, sont invités à se réunir en pensée chaque soir, avec leurs frères, dans une pensée d'amour.

ainsi il publiera différents articles et livres dont le livre « la Force d 'Amour ».

Concernant son action de medecin pendant cette guerre Mondial de 14-18, on n'as peu d'information, mais on peu trouve son temoignage de la guerre dans "Le Mutilé de l'Algérie" du 5 janvier 1930 . voir le Lien : BNF Gallica

 

etc...

 

Dr Chevalier , Georges (1850 Brest - ) Membre de la communauté baha'ie de Paris et Vanves banlieue parisienne . 

il était médecin spécialisé en neurologie. Nous n'avons peu d'information sur son État civil , ni d' informations concernant son action pendant cette guerre Mondial de 14-18 .

 

 

   

 

Baronne D'Ange D'Astre, Georgina Marie née Baze (1874-1946) -Membre de la communauté baha'ie de Paris . 

Actrice , Couturière et Comme infirmière de la Croix -Rouge (l' Union des Femmes de France), elle travaillé dans un hôpital militaire français à Chichli , Istanbul en 1913 et en 1914-1916 dans Thessalonfki , Grèce . Elle atteint le grade de infirmière majeur .

Elle a également commandé un hôpital militaire en Serbie et a été décoré par le gouvernement serbe .

Dans le journal "Auckland Star" de Nouvelle Zélande, il y a un article sur sa motivations d'être infirmière

" A Persian prophecy and it made a French nurse "

 

 

Scott , Franck Edwin (1862 -1929) Membre de la communauté baha'ie de Paris . 

D'origine americaine , peintre impressionniste, Grand admirateur du travail de Jean-François Millet.

Concernant son action pendant cette guerre Mondial de 14-18, sera de mettre sa demeure ( 17, rue Boissonade, Paris ) au service interalliée pour le Comité franco-américain contre les impotences fonctionnelles .

Il s'agit ici d'une œuvre originale, dont l'initiative revient à sa directrice technique, Miss Grace Gassett, et dont l'existence, est assuré principalement par la générosité américaine.

Le but poursuivi par le groupementest la construction d'appareils simples et pratiques pour le traitement des fractures et blessures de guerre, appareils inventés ou perfectionnés par la directrice technique, et qui sont ensuite mis gratuitement à la disposition des formations sanitaires.

 

 

 

J'exhorte chacun de vous à concentrer toutes les pensées de son cœur sur l'amour et l'unité.

Quand germe une pensée de guerre, opposez-lui une plus forte pensée de paix.

Une pensée de haine doit être neutralisée par une plus puissante pensée d'amour. Les pensées de guerre détruisent toute harmonie, tout bien-être, toute quiétude et tout contentement.

Les pensées d'amour sont génératrices de fraternité, de paix, d'amitié et de bonheur

[ ... ] Si, de tout votre cœur, vous désirez l'amitié entre les races de la terre, votre pensée, spirituelle et positive, se propagera; elle créera le même désir chez d'autres,s'amplifiant toujours jusqu'à ce qu'elle ait atteint les esprits de tous les hommes.

(Abdu'l-Bahà, cité dans I'Art divin de vivre, p. 192-193. )

 

 

Réflexions du français Pierre Deloncle ( 1886-1955) sur l'apport Abdu'l-Baha en France

Revue " La Vie " du 7 juin 1913 - 2eme année N° 23

Turquie

Un apôtre de la paix : Abdul-Baha-Abbas Effendi

A l'heure où les canons se taisent ou les ambassadeurs se réunissent pour établir la paix entre les Turcs et les Balkaniques, un grand prédicateur musulman va s'efforcer, besogne plus difficile que celle des diplomates, de rétablir la paix dans les cœurs.

Nous ne saurions assister indifférents à cette noble tentative : les Français mieux que tout autre peuple doivent savoir quelle leçon, quel stimulant d'énergie, s'élève des plus sanglantes défaites.

L'Empire ottoman après ces dernières années de trouble et de guerres ne peut manquer de se mettre au travail avec âpre courage, pour redevenir la grande nation que tout lui commande d'être.

Nous connaissons de longue date l'intelligence, l'activité de ses habitants ; la merveilleuse fertilité de la Turquie s'Asie ne demande, pour être mise en valeur, que des capitaux européens et une organisation méthodique, conçue et dirigée par des cerveaux latins.

La France, malgré certaines défaillances de notre politique, conserve dans tout l'Empire, spécialement en Syrie, un très grand prestige.

Or, à l'heure actuelle, nos rivaux les plus dangereux, avec la ténacité inlassable de leur race, essayent par tous les moyens de diminuer notre influence et d'accroître le leur.

Cette partie de l'Asie va devenir le théâtre de luttes économiques acharnées, ou nous devons des maintenant prendre nos positions ; à ceux qui ne verraient pas l'utilité immédiate d'un pareil , il faudrait montrer les conséquences que ne manquent pas d'amener dans une colonie musulmane, tous les évènements importants toutes les doctrines nouvelles qui intéressent l'Islam

Dans notre Maroc mal pacifié, frémissant de luttes récentes ou prochaines, il faudrait souhaiter que l'on entendit prêcher l'acceptation.

Or, si nous sommes bien informés. C'est là aussi que veut porter la bonne parole le grand apôtre de Paix dont nous allons résumer la doctrine.

Au soir d'une longue vie tout de travail et de méditations. Abdul Baha Abbas se montre à nous sous l'aspect d'un grand vieillard, à la barbe blanche, aux yeux pleins de pensée et de lumière.

Il a longtemps résidé aux Etats-Unis où il a conquis à sa doctrine des millions d'adeptes parmi toutes ces intelligences loyales du Divin, qui cherchent là-bas une foi sans réserves et sans limitations parmi la variété infinie des sectes religieuses.

Cette doctrine, c'est une conciliation et une synthèse supérieures de trois grandes religions : islamisme, catholicisme, judaïsme.

Il compare celles-ci aux trois faces d'une pyramide au sommet de laquelle on domine l'Océan du Bien. Sur chacune s'élève un homme d'une de ces croyances, mais ils ne se sont pas encore rencontrés au sommet, et, il se sont bornés jusqu'ici à regarder au-dessous d'eux, ne voyant qu'une partie de l'horizon.

Entre les adeptes des diverses lois, les préjugés ont élevé des rivalités et des haines, cette hostilité a été entretenue et propagée par les commentaires confus et verbeux des théologiens, par tous les mots creux, toutes les abstractions vides qu'agitent et amassent certains prêtres autour des vérités essentielles, reconnues de tous et communes aux trois religions. » Songe aux motifs qui ont empêche les peuples d'autrefois d'approcher de la rive de Dieu… Si tu regardes avec un œil acéré, tu verras que ce qui les a détournés da la Beauté de Dieu, ce fut le voile des mots, des imaginations et de leurs prétendues preuve. »

Abdul Baha ne rejette aucun des grands prophètes venus jusqu'ici pour soulever le monde vers le Bien et le Beau  Moïse, Jésus, Mohamed sont des manifestions successives de la même vérité : «  Le matin à l'aurore, l'air pur, frais, inspirant, est plein de forces vivifiantes ; mais au fur et à mesuré que le jour s'avance, la poussière s'élève, et la fumée des œuvres humaines empoisonne l'air, jusqu'à ce que vienne l'obscurité de la nuit et l'homme tombe dans le sommeil .

Ainsi, dans chaque dispensation divine, le Prophète apporte avec lui l'eau, l'air, la lumière pour le monde ; mais avec les années, l'égoïsme des hommes trouble, fausse, corrompt cette vérité, alors la nuit spirituelle arrive… »

C'est à nos yeux d'occidentaux une des plus curieuses particularités du bahïsme, cette sympathie chaleureuse pour la doctrine chrétienne.

Dans les lettres et les œuvres de Baha, dans les « tablettes » ou sont recueillies les prières de ses adeptes, on trouve de nombreuse citations des Evangiles ou des lettres de saint Paul, et toujours il est parlé du christ avec respect et avec amour : «  Ainsi au temps ou la brise vivifiante du Christ anima le corps du monde, et ou les souffles sacrés de Jésus dispensèrent l'esprit à ce globe matériel, les ouléma des Israélites, comme Anne et Caïphe, ouvrirent la langue de l'opposition contre cette essence de l'existence, cette Beauté visible , Cet Esprit doué ; ils se détournèrent de lui et le traitent d'infidèle ! »

Ailleurs ce grand apôtre persan dit à ses disciples ; «  Voyez quels furent les résultats de la fermeté de saint Paul ! Je souhaite que vous soyez encore plus constants que lui ! »

Voici encore une anecdote citée en exemple par Baha à ses disciples : on y verre la fortes couleurs, le dessin ramassé des tableaux que renferment les homélies du nouveau Réformateur : « Quand le Christ et ses disciples voyageaient de place en place, ils passèrent un jour près d'un chien mort. Les disciples s'écrièrent : «  Comme ce chien est vilain ! Quelle odeur nauséabonde, il est horrible ! fi donc , qu'il est abominable ! » Alors le Christ, désirant leur apprendre qu'il faut seulement regarder le beau et ignorer le mal, montra du doigt les dent du chien et dit : » Comme elles sont blanche et belles ! » Les disciples furent confus, reconnurent leur erreur, et comprirent que les mots qu'ils avaient prononcés étaient injustes. »

Nous ne saurions insister ici sur la partie métaphysique de la doctrine Bahiste : aussi bien le Maître ne l'expose-t-il le plus souvent que dans des lettres privées, adressées à de nouveaux convertis qui lui demandent une direction ou des réponses à leurs incertitudes. Dans ses prédications, pour la masse de ses auditeurs, Abdul Baha, traite surtout des questions de morale pratique, et son inspiration est toute d'ardente charité. Quelle différence avec certaines pages du voyages de Loti en Perse ! «  Le peuple de Beha, qui a bu le vin pur de la Réalité, doit fréquenter tous les peuples du monde dans un parfait esprit de joie et de douceur, et s'entretenir avec eux de ce qui est utile à tous. »

Voilà des paroles que l'on ne s'attendait pas à entendre au lendemain d'une guerre acharnée ; L'Apôtre sait aussi tout le mal que les guerres civiles ont fait à son pays et il fait ce bel éloge de l'ordre. «  O amis de Dieu, ouvrez les oreilles de l'intelligence, et gardez-vous de causer de l'agitation. Si vous sentez chez quelqu'un du désordre, fut-il un homme important ou un savant sans pareil, sachez qu'il est un imposteur d'entre les hommes et un adversaire de la Religion. »

Abdul-Baha-Abbas est donc un penseur qui a connu plus douloureuse inquiétude de notre Occident moderne le besoin d'une Religion affranchie de tous dogmes étroits, de toute scolastique où se fusionneraient les grandes vérités, les plus nobles principes de toute les doctrines religieuses répandues jusqu'ici, son effort vers l'Unité est celui d'une âme très généreuse, très aimante, très sincère ; il faut lui souhaiter le succès afin que dans le vaste empire où sa doctrine peu être entendue, le fanatique religieux cesse d'opposer des obstacles toujours nouveaux à la marche tous les jours plus rapide de la civilisation et de la Paix.

PIERRE DELONCLE

 

 

 

Une mise au point :

INDE : Journal 1915-1943. de Romain Rolland -- Nouvelle édition augmentée de textes inédits éditeur A. Michel Lagny, impr. E. Grevin et fils (1960)

 

Dans ce livre de Romain Rolland, il correspond avec M. Paul Richard (1874-19..) et celui ci lui d'écrit son lien avec Abdu'l-Baha.


. ..Il a une riche expérience des grandes personnalités religieuses d'Asie, Dès 1912, il a connu et admiré le chef du Behaïsme, Abdul-Beha ; il a longuement causé avec lui, et vante non seulement sa sainteté morale, mais ses facultés prophétiques; en 1912,  Abdul-Beha lui dit : « Une guerre va éclater entre la Serbie et l'Autriche; et ce sera la Serbie qui vaincra »  , ce qui, présenté sous cette forme, avait paru absurde à Richard. Il arrivait que dans une conversation, Abdul-Beha dit en souriant à Richard : «  Je vous entends, je vous réponds; mais en ce moment, mon esprit est à Constantinople. » - Le manque principal de son l'esprit - de l'esprit musulman en général (et Richard le déplore) -c'est sa limitation dans le domaine strictement religieux et moral. Peu d'ouvertures sur le monde de l'intelligence, Au reste, Abdul-Beha avait. personnellement, une excuse; il était resté emprisonné dans les geôles turques, une grande partie de sa vie, - Depuis sa mort, le Béhaïsme semble sans direction, Le successeur désigné est un enfant. La religion se développe en Amérique, où elle a des temples, et un peu en Europe ; mais elle tombee en Asie et en Egypte...

Il aurait sous une forme brut mentionner cette guerre. 

Il faut mettre ici une mise au point , Premièrement, Abdu'l-Baha parlait en persan, ce qui faisait qu'il avait besoin d'un traducteur pour communiquer en français. Deuxiémement, concernant la mention de 1912, il n'était pas en France, sa rencontre avec Abdu'l-Baha s'est faite en 1913 pour laquelle on trouve plus approximativement 13 rencontres où il est accompagné de sa femme Mirra (Alfassa), la future "  Mère " de Sri Aurobindo . , et on le voit bien, ce n'est que le ressenti de Romain Rolland, qui avait découvert la foi bahá'íe en Suisse en 1915 et qui mentionna cette foi religieuse dans son livre " Clérambault " (1920), décrivant Abdu'l-Baha comme un voyant.


Le point le plus intéressant, c'est la formule "  Le successeur désigné est un enfant  ". Cela a de quoi surprendre, car l'enfant en question, c'est Shoghi Effendi, étudiant de l'Université d'Oxford, âgé de 24 ans, désigné par Abdu'l-Baha comme son successeur et personnellement, cette formule me rappelle Isaie Chapitre 11

 
"  Le loup habitera avec l'agneau, la panthère reposera avec le chevreau; le veau, le lion et le boeuf gras vivront ensemble, et un jeune enfant les conduira". Ici, les animaux réprésentent les croyants de differents religions devenue baha'is, guide par Shogi Effendi pour séme ce message de l'unite du genre humain.

Romain Rolland aura l'occassion de changer avis dans un courier adresse a Madame Montefiore du 31 mai 1930 sur l'action des baha'is.

"Une grande personnalité religieuse n’est jamais que la crête d’une vague dans une marée Océanique. Elle n’est jamais isolée. Et sa hauteur et son ampleur me permettent de savoir (sans être prophète) quelle est la force de la marée et si elle a chance de recouvrir les marécages et les sables. Celle-ci me paraît bien conquérante : car elle monte de tous les coins de l’horizon."

 

Toujours sur la guerre 1914-1918

Baha'ullah et l'ére nouvelle par J.E.Esslemont maison d'editions baha'ies

Voir dans la partie" Prophéties de Baha'u'llah et Abdu'l-Baha " page 253" la grande Guerre"

Livre en anglais : Sur le besoin de faire l'unite du genre humain et comment y arrive.

Promulgation of Universal Peace:

Talks Delivered by Abdu'l Baha during His Visit to the United States and Canada in 1912

 

Réflexion d'un français qui prévoyait cette Guerre.

 

   

"La guerre qui vient", par Francis Delaisi (1911), il dénonce la guerre à venir dès 1911, dans le journal, " La Guerre sociale".